2 décembre 2019

Je sais plus poster de photo


Je changerai d'avis demain.

TOP 10 ALBUMS (SANS ORDRE PARTICULIER)


CARLY RAE JEPSEN - EMOTION B-SIDES
BON IVER - BON IVER 
THE RADIO DEPT - PASSIVE AGRESSIVE
DRAKE - TAKE CARE 
THE NATIONAL - TROUBLE WILL FIND ME
LCD SOUNDYSTEM - THIS IS HAPPENING
JESSIE WARE - DEVOTION
KANYE WEST - YEEZUS
ARCTIC MONKEYS - AM
VIET CONG - VIET CONG

TOP 10 CHANSONS (SANS ORDRE PARTICULIER)

THE RAPTURE - HOW DEEP IS YOUR LOVE
THE RADIO DEPT - EWAN
SMITH WESTERNS - IMAGINE PT 3
DAMSO - MOSAIQUE SOLITAIRE
CLAMS CASINO - REAL SHIT FROM A REAL HERO
MITSKI - I BET ON LOSING DOGS
KANYE WEST - BOUND 2
PNL - ZOULOU TCHAING
LALA &CE - WET
ARCTIC MONKEYS - WHY’D YOU ONLY CALL ME WHEN YOU’RE HIGH

Bordel




Ce blog a fêté ses 10 ans récemment - et ça ne nous rajeunit pas. Une décennie s'achève, donc pourquoi pas tenter le difficile exercice du top 10 récapitulatif ? 
Disclaimer : il n'y a pas d'ordre particulier, et c'est juste une question de préférence, plus qu'un autoritaire et objectif "top 10 des meilleurs albums et des meilleures chansons" des 2010s.

Sinon, vous, ça va ?

TOP 10 CHANSONS (SANS ORDRE PARTICULIER)

CLAIRO - BAGS
PNL - LE MONDE OU RIEN
DRAKE - MARVINS ROOM
SUFJAN STEVENS - DEATH WITH DIGNITY
TRAVIS SCOTT - GOOSEBUMPS
KING PRINCESS - 1950
BADBADNOTGOOD, SAM HERRING - TIME MOVES SLOW
SAMPHA - (NO ONE KNOWS ME) LIKE THE PIANO
FUTURE - TURN ON THE LIGHTS
THE HORRORS - SOMETHING TO REMEMBER ME BY

TOP 10 ALBUMS (SANS ORDRE PARTICULIER)

PNL - DANS LA LÉGENDE
SCH - JVLIVS 
DRAKE - TAKE CARE
SUFJAN STEVENS - CARRIE & LOWELL
ARCTIC MONKEYS - TRANQUILITY HOTEL BASE & CASINO
TRAVIS SCOTT - ASTROWORLD
TYLER, THE CREATOR - IGOR
KANYE WEST - MY BEAUTIFUL DARK TWISTED FANTASY
LCD SOUNDSYSTEM - THIS IS HAPPENING
THE WEEKND - HOUSE OF BALLOONS 

9 avril 2018



VADIM S'EST MARIÉ. 

29 novembre 2017

J'suis fait pour une seule femme, pour plusieurs pétasses



"J'ai creusé tunnel dans son coeur, je me suis évadé".

Morceau de l'année.

Booba au sommet.

Bonjour Internet !


27 juillet 2017

LE COUSIN DE COCA C'EST FANTA



ÇA FAIT 30 MINUTES QUE JE CHANTE CE MORCEAU À TUE-TÊTE.


LE COUSIN DE COCA C'EST FANTA
LE COUSIN DE COCA C'EST FANTA
LE COUSIN DE COCA C'EST FANTA

25 juillet 2017

Tu n'arriveras jamais comme le feat avec Cosmic Jokers



Je suis apaisé. Ce matin, comme hier, je me suis levé face à la mer. C’est difficile, lorsque l’on a grandi si près des embruns, d’apprendre à vivre dans la grisaille. Il me faut mon soleil, mes tartines et mon Nutella. Je vous laisse volontiers la go du Vénézuela. De ce côté aussi, je suis apaisé.

Rien n’était vrai. Rien de tout ce qui a été écrit ici. Je ne dis pas que rien n’a été vrai à un instant T. Je dis simplement qu’aujourd’hui, pour moi, rien n’était vrai.

« Me contenter de ce que j'ai pour une fois, faire la paix avec moi-même. Avoir un coeur fait de guimauve et de sang. L'écouter me dire que je suis le meilleur pour elle, et ce pour le plus longtemps possible. » 

Le 15 novembre 2010, j’écrivais ici des mots qui, aujourd’hui, prennent tout leur sens. C’est marrant comme, parfois, on peut être bon, quand on est ado. 

PNL - Je vis je visser

Longtemps, j'ai écrit sans vraiment comprendre ce que j'écrivais. Bien entendu, je savais ce que je voulais dire, mais je ne comprenais ce qui était réellement derrière ces mots, derrière ces maux. C'est tellement facile de parler d'amour lorsque l'on n'aime pas vraiment, lorsque l'on pense simplement que l'on aime. 

Aujourd'hui, il est bien plus difficile de mettre des mots sur ce que je ressens pour celle qui fait ma vie que pour celles que je pensais importantes. C'est beau, c'est grand, certes. C'est beau, c'est grand, bien plus que quand je pensais que c'était beau et grand auparavant. C'est tellement fort, plus fort que tout, tellement fort que ça en devient difficile à expliquer.

Notre amour est comme un étendard, un truc que je porte au dessus de ma tête et arbore aussi haut que possible. On a traversé, on traverse et on traversera des champs de bataille qui ne sont même plus effrayants, puisque l'on est ensemble. Chaque jour, quand elle m'embrasse, le monde pleure dans un feu d'artifice, célèbre ses lèvres contre les miennes. 

Aujourd'hui, je suis plus fort, plus grand, plus fier. Elle est belle la vie. Dim l'a écrit et il avait, comme toujours, raison.


Je m’en vais, dit Dimitri, je vous quitte. Je vous laisse tout mais je pars. C’était en 2010, 2011 peut-être. Depuis, plus rien n’a jamais été pareil ici. 

Aujourd’hui, alors que de l’eau a coulé sur les ponts (pouvait-il seulement en être autrement ?), nous sommes revenus, un peu indécis. Comme un groupe has-been en tournée de reformation. Car il restait des choses à dire, des choses à montrer. Car on en avait envie, tout simplement. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on a eu du mal à remplir les salles et à faire lever les foules. Et alors ? Le plaisir de jouer ensemble, les chaussettes baissées et les bras levés, est le plus important.

Une pensée chaleureuse pour tous ceux et celles qui ont fait de La Frange ce que La Frange a été.

Fin de la tournée (pour moi du moins). Que la famille.

Lisez Earnest. Nous serons TOUS dans le prochain numéro, qui n’aura pourtant rien d’un jubilé. Une page se tourne, back cover, un nouveau livre s’ouvre. J’ai relu certains livres plusieurs fois.

23 juillet 2017

Nageoires


Je me retrouve parfois submergé par un sac d'eau d'émotion. Je suis au boulot, ce n'est donc ni le moment ni le lieu, c'est peut-être pour ça que c'est aussi fort. Des souvenirs d'une colonie de vacances, jusqu'à les traquer sur Google Maps, une musique de piano et de paroles en Français dans les écouteurs... Tout devient complètement irréel. Je suis là assis devant mon ordinateur, mais je flotte dans l'air, cette pâte fluorescente qui est ce que je ressens et là où j'aimerais venir me blottir et refermer le tout d'un zip comme avec une tente de camping. Je respire l'air violet, je comprends que je suis de cette lave et que mon boulot n'est qu'un mauvais rêve que je suis contraint de faire du lundi au vendredi. C'est l'extérieur, et je suis dans la maison, au chaud au coin de la cheminée. Mon quotidien laborieux est au-dessus de la surface et je suis un mammifère marin. Je suis bien dans l'eau, j'y respire, je vais tout profond là où le soleil (les analyses des hommes) n'existe presque plus ; mais on me pêche tous les jours puis on me relâche. Je suis hors de l'eau et je ressens la nostalgie du grand fond et l'air me paraît si vain que j'aimerais replonger, oubliant que mon devoir est de revenir pointer éternellement sur le bateau de pêche.