25 octobre 2009

C'est un chat qui est collé sous ma roue ?

Y'a des jours comme ça, je me réveille en sachant pertinemment que les 100 mètres que je vais devoir traverser avant d'arriver à mon école vont être au moins aussi durs qu'une épreuve de Fort-Boyard sans Passe Partout.

Hier, alors que je revenais d'une dure journée de labeur en compagnie d'une promo vachement taquine, voilà que Hansy-chou me proposait d'écrire un article pour un blog où y'a des gens qui sont même encore plus cool que moi. Y'avait comme des bulles de champomy dans mes yeux.
Seulement parfois je me dois d'être psychologiquement prête à affronter des épreuves dignes des nominations de Secret Story.
Vis ma vie d'étudiante surdouée de ciné. Tu commences ta journée par un cours de mise en scène où un prof sourd d'une oreille te parle de Mizoguchi. Tu me regardes droit dans le téton et je t'explique : Mizoguchi + le prof sourd, et bah si t'es suffisamment fatigué, tu comprends difficilement pourquoi un monsieur te parle tout doucement avec des Japonais en arrière plan. Non Monsieur je ne veux pas m'assoir sur tes genoux. Et je veux encore moins faire du bondage avec toi. Irréel. Presque comme un monde où les roux seraient rois t'as vu.

Après un café tu te sens requinqué pour ton cours de culture musicale même si tu sais que ton prof est un fashion raté. C'était pas cette race qu'on avait sacrifiée au nom du Dieu Shetland ? En tout cas tu t'étais trompé sur le requinquage, parce que va savoir pourquoi, le prof il décide de te parler de Bartok. Encore plus fourbe qu'un chinois. Pire il décide de te faire écouter Bartok alors que t'es même plus si sur que la phrase que tu as dit au monsieur bizarre hier soir c'était bien : « Non, vraiment, je ne veux pas de tes petites pilules qui font rigoler ».
Et bah pour te faire un topo, Bartok, le matin tu comprends pas toujours. Ça te donne l'impression d'être plongé dans le cauchemar le vrai. Limite ça te fait une plus grande peur que si tu te faisais violer contre ta volonté.

Pour montrer que j'ai un gentil fond malgré tout (et aussi que les garçons mignons ça fait pointer du téton), et bah en ce moment je suis en période de nostalgie donc j'écoute des chansons qui tireraient presque des larmes à Eric Zemmour.





J'ai entendu dire que l'amour est un peu similaire à une garce, j'me disais aussi qu'il m'avait trop bien baisée. Petite touche de tendresse.


6 commentaires:

Automatic Druggie a dit…

c'est mon article de guest préféré so far je crois.
1. j'ai ri.
2. on a dit que j'étais cool et ça c'est grand.
3. vidéo de la blogothèque de chris garneau qui donne envie de pleurer

Pony Kid a dit…

C'est parce que Hans elle fait passer de très dures épreuves pour que ses amis soient à la hauteur.

Hans Killed Wildcat a dit…

moi j'ai des guests qui valent trois milliards ni plus ni moins je le dis tout de go.

et chris garneau c'est la beauté sur vingt centimètres de jambes

Vadim S. a dit…

il est tellement chou que j'ai plus voulu lui faire dédicacer mon téton, mais il a 40 cm, quand même.

moi j'aimais bien Dim, quand même.

J'aime bien les gens graves.

Mais j'aime bien les poneys alors bon.

Pony Kid a dit…

Le poney, l'essayer c'est l'adopter.

tisebrouk a dit…

La version originale d'Elliott Smith est mieux, et celle de Madeleine Peyroux encore mieux (si vous aimez bien Jo Baker). Disons que c'est à la version qui te feras lâcher le plus de larmes.

Here you go guyz:
http://www.youtube.com/watch?v=FktNzLg_te4

Bye bye il est cool ce blog dis donc