21 octobre 2009

J'ai pourtant cherché le titre rigolo

C'est très étrange comme ce professeur au corps d'insecte beaucoup trop fin beaucoup trop long, ce professeur aux cravates bariolées de motifs dégueulasses et au visage ingrat me touche finalement. Sans être au bord des larmes en nous parlant il y a toujours une pointe de profonde détresse dans ses gestes mécaniques légèrement trop brusques, sans grâce. Et puis il tremble en écrivant à la craie sur le tableau.



Aujourd'hui il nous a parlé "Musique" à travers la notion de Sublime. Le Sublime ça doit te secouer, te faire peur, bloquer ton imagination pour dépasser la Raison, tu vois quoi. On allait donc pas écouter du Jay Z en tapotant des doigts. Mine de rien c'est effrayant d'écouter du Luigi Russolo ou du Kurt Schwitters avant l'heure des tartines au beurre. D'autant plus quand on est seule au première rang avec pour seule compagnie le poste cd. Puis quand on fait signe qu'on connait Pierre Henry ou Stockhausen toute la classe voit gigotté ta tête de débile.
Mais au milieu de l'atonalité, de la musique concrète, futuriste ou encore aléatoire il a passé du Sebastien Schuller en disant que bien qu'Ardono considèrait ce genre de choses comme de "la régression musicale" il n'y avait pas de justification à donner quand on était touché de l'intérieur par une chanson et je ne peux qu'être d'accord avec ce monsieur maigrichon.

_Sebastien Schuller - Weeping Willow


4 commentaires:

Automatic Druggie a dit…

j'aime bien ton prof. un like sans feinte pour lui.

Matthieu M. a dit…

"il nous a parlé "Musique" à travers la notion de Sublime" = http://www.youtube.com/watch?v=2w-kbMmdw3k

Hans Killed Wildcat a dit…

matthieu t'es con :)

Vadim S. a dit…

Matthieu, c'est moi qui fait des blagues vidéos!