22 décembre 2009

Inner city life, inner city pressure

J'ai les mains givrés mais j'ai quand même décidé de confectionner un top 5 spécial New york. J'aurai pu parler des spots branchés ou des plans shopping mais je suis pas le guide du Routard, ni un magasine qui pense qu'on a hebdomadairement 1000$ à dépenser chez Macy's. Non, j'ai préfèré vous livrer les titres qui me donnent envie de m'exiler pour Times square ou de refonder un CBGB.

1) Beastie Boys - An open letter to NYC
Tu te demandes pourquoi je parle de gus en falzar Abercrombie ? Et bien figure toi que je suis tombée sur le clip sur mon MTV autrichien l'autre fois (merci Neuf telecom) et le constat a été fulgurant : les germanistes ont des supers bons gouts et même si on a longtemps scandé "Fight for your rights to party" en classe de 4ème, on a tendance à oublié que les Beastie Boys étaient encore en forme après 2003. J'irai bien faire un tour dans le Queens avec Ad Rock.

2)LCD Soundsystem - NY I love you, but you're bringing me down
Dans la deuxième saison de Skins, Cassie débarque à Manhattan, pleine d'espoir mais déchante vite pour sombrer dans une détresse profonde. Cette chanson concilie également des sentiments tout en contraste, qui te prennent au coeur grâce à un James Murphy qui, en 05"35, t'enferme dans un ascenseur émotionnel pour mieux t'achever.

3)The Velvet Underground - Venus in furs
Les experts en cheesecake m'en voudraient si j'oubliais de les placer. Quand on s'amusait à remonter le passé musical des Strokes, on a découvert qu'avant, il y avait les Ramones et qu'encore avant, le Velvet. Cette chanson de 1967 qui trahit les normales saisonnières (tu vois sérieusement les Beach boys parler de fétichisme SM et de fourrure ?) rappelle la factory d'Andy et la jolie chevelure de Nico.

4)Duck Sauce - aNYway
Duck Sauce est la réunion d'Armand Van Helden et d'Alain Macklovitch (ou A-trak). Si leurs noms te rappellent plus les sonorités de représentants marketing d'une marque de strudel, ils sont surtout des DJ très très respectables : ils ont compris qu'une track funky était plus efficace qu'une distorsion agressive. Ils s'associent et samplent "I can do it" de Final Edition, un truc disco de 1979, et nous font danser comme des maniaques au Webster hall.

5)Jay Z feat. Alicia Keys - Empire state of mind
Sur l'échelle de Richter des chansons les plus représentatives de la Grosse Pomme, celle là est définitivement à 11. Je pense qu'on en a assez parlé donc inutile de déblatérer sempiternellement sur la prouesse du flow : j'ai encore du mal à me passer de ma dose quotidienne malgré les diffusions H23 du clip.

Pour les plus curieux (et courageux), sachez que les rues, hamburgers et populasse new yorkaise est un thème très récurrent, avec un certain intérêt pour le quartier de Brooklyn. (+ Sufjan Stevens et son projet "Brooklyn Queens expressway"). J'aurai du faire un top 79.

1 commentaire:

Automatic-Druggie a dit…

j'ai survolé l'article tout à l'heure en deux deux (du style ma vie est busy à deux jours de noël) pendant que je faisait la mise en page de ton article. puis là j'ai relu au calme et tout et je crois que j'aurai pas pu mettre d'autre morceaux. Et puis pour moi NY en décembre ça fait toujours plus Noël qu'autre part sur la planète. Merci.