13 décembre 2009

Lisez attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

J'étais en bas de chez elle, sur le trottoir, une de mes 88 clopes quotidiennes à la main, en face des ses fenêtres, les deux seuls allumées de l'immeuble, je la voyais, cachée derrière les voiles fuschia de ses rideaux, sa cigarette et son verre à pied noir dépassaient parfois, et malgré la vitre ouverte, nous communiquions par SMS. Comme promis, elle a soulevé son pull, mais cachée par le mur et les rideaux, je n'ai rien vu. Je lui ai alors demandé de recommencer, sans se cacher. Elle a tiré les rideaux, posé son verre sur le rebord, et, les bras croisés, retiré son haut, doucement, mais immédiatement placé ses bras en travers de sa poitrine. En bas, j'ai croisé les bras, et les ai décroisés, en accentuant le mouvement, en les ouvrant grand. Elle a compris, l'a fait, et a laissé tombé ses cheveux bruns sur ses tétons après quelques secondes. Quand elle a quitté la fenêtre pour se rhabiller, j'ai traversé la route et suis parti.

J'avais déjà fait la moitié du chemin qui me ramenait à chez moi quand j'ai reçu son message, me priant de revenir l'embrasser, de me dépêcher, je suis seins nus disait-elle.

J'ai fait demi-tour, allumé une clope en arrivant chez elle, elle est descendue, j'ai dit bonsoir et elle s'est jetée sur ma bouche. Sous son débardeur, ses seins libres auraient du m'inciter à rester, comme ses gémissements, elle semblait si excitée, comme si l'inactivité de l'attente l'avait amenée à se caresser, et son corps ferme sous mes doigts, sa bouche avide étaient de bonnes raisons de ne pas aller se coucher maintenant, de ne pas aller se coucher seul. Au bout de cinq minutes, j'ai écrasé ma clope, dit, temps imparti écoulé, à bientôt. Il a fait froid, d'un coup, et j'ai pressé le pas. Ma machine à écrire m'attendait, je mettrais le dernier album de Kyo et deviendrais alors écrivain.

Beat (Health, Life And Fire)Thao With The Get Down Stay Down

My Will Is GoodPort O'Brien

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bon texte et bonne musique. Mais une question me taraude depuis le temps que je lis la frange et tes articles : Tu baises quand ?
Parce que bon, on va commencé à se lasser de ces filles bonnes avec qui tu ne fais que flirter innocemment.

Hans Killed Wildcat a dit…

je suis contente de voir tu port o'brien chez toi vadim.

Vadim P. a dit…

Ma chérie, si je te parle de qui je baise, elles risquent de mal le prendre.

Clown a dit…

Rêver pour rêver, t'en as baisé beaucoup des brunettes qui jouent à touche-mamelles derrière les rideaux ?

Vadim P. a dit…

Des charettes, toutes les lectrices de Muteen de Lille viennent frapper à ma porte.

CLown a dit…

Vu le temps que tu passes devant ton écran tu dois avoir du mal à répondre.

Elles disent quoi quand elles voient que t'es pas pareil que sur le blog et que tout ce qui rappelle tes articles c'est ton photophore ikea ?



- ouais ouais bah je continue à me donner un genre tu sais bien que je suis qu'un pauvre geek/mais je suis pareil, tu ne sais pas que je suis un connard fini ?

passageiradoida a dit…

C'est génial clown on dirait un mec des forums sur le site de libé!!! J'adore ton style et tout;Et pourtant je déteste les clowns sauf si t'es un bouffon.

Anonyme a dit…

Vadim P. a dit...

Ma chérie, si je te parle de qui je baise, elles risquent de mal le prendre.


Alors que de parler de celles qui exhibent leur sein à tout va risquent de le prendre bien =)

Simple constatation, je ne suis pas une lectrice hargneuse et vos playlist continuent de m'enchanter.

Bonne continuation Casanova.

Anonyme a dit…

Oui ça va, je le prends plutôt bien. Je l'aurais écrit de la même façon d'ailleurs.

Vadim P. a dit…

@Last Anonyme: je savais bien.

Albionship a dit…

Du sang, des larmes, des seins. J'abandonne définitivement les feux de l'amour pour la Frange.