10 mars 2010

J'ai pas le droit de mettre un titre trop explicite

Faits d'armes : (Pour y aller franco, je vais réduire le terme "artiste néo hippie influence post rock sixties indépendant" au simple terme "d'artiste indie"). Je sais, on est en 2010, et je me retourne encore sur les solos expérimentaux et les hymnes solennels passés de mode. Parce que oui, au delà du festival des Inrocks, l'artiste indie rock est relié à ses confrères par de nombreux choix artistiques.
Comme les Pussycat dolls ou Snoop Dogg, la bestialité est fortement ancrée dans le nom du groupe : Animal Collective, Grizzly Bear, Panda Bear, bref, c'est touffu et sauvage.
Grizzly Bear est un groupe super kawaï.
Mais l'amour pour la faune ne se limite pas au nom : comme certains animaux, l'artiste use des parures pour séduire (le public, pas la femelle paon) et n'hésite pas à s'aider de crayolas, plumes et franges pour mener le rituel tape à l'oeil dans les meilleures conditions. La teenager sera souvent charmée par les chapeaux de pailles et le body art doré mais la parade nuptiale fluo a des inconviénents : en live, y en a partout, et puis la peinture acrylique mélangée à la sueur, c'est quand même pas ce qu'il y a de plus agréable à recevoir dans la face.
Nous sommes souvent d'ailleurs confrontés à deux catégories en matière de prestation :
- Les chiants : on dandine bêtement du hochet mais on préférerait nettement se taper 3h des Chiffres et des lettres pour oublier qu'on a dépensé 37e pour un groupe qui passe bien qu'en mp3
- Les cools : on s'éclate comme à 7 ans, on oublie ce qu'il s'est passé mais on regrette pas la photo nommée "moi et le mec en pagne" retrouvée le lendemain matin
Toutefois, le live n'est pas toujours lié au look : les binoclards de Passion pit vendent plus de rêve que MGMT, on dirait pas comme ça.
Remarquons que l'indie rock a toujours une sorte de Jésus du XXIème siècle dans son groupe : ce messie exotique a une pilosité faciale du tonnerre et sert à donner aux groupes un côté un peu worldwide (cela dit, c'est mieux si il sait jouer d'un instrument)
L'alternative nudité est également pratiquée pour égayer les foules et rappeller le passé des parents : on revient emerveillé d'un show des Black Lips et on dit jamais non à une campagne promo d'Amazing baby.
Au delà de se foutre à poil, l'indie rock sélectionne avec soin l'identité graphique de son album. Mais si elles se démarquent d'une compilation dancefloor, rares sont les pochettes vraiment originales :





Soit, ils font clairement joujou avec notre persistance rétinienne et notre stock de paracétamol comme les couv' de Super super




Soit on dirait des disques de chants d'oiseaux mais on peut enfin méditer tranquille
Outre le fait d'être barbu et de jouer du synthé, l'artiste indie cultive la fraternité avec ses copains d'enfance et les petits nouveaux :
Les membres de MGMT, Amazing baby et Boy Crisis étaient dans la même confrérie, l'Eclectic Society de l'université de Wesleyan. MGMT se fait alors remarquer par Of Montreal et Radiohead (qui a également fait une tournée avec Grizzly Bear) et une fois célèbres, font une tournée avec Yeasayer. Leurs copains de Ratatat se font remixer par Deakin d'Animal Collective. Bref, ils sont quasiment tous liés et c'est pas un hasard si ils raffolent de Todd Rundgren et des accoutrements un peu chelous.
Niveau side projects, c'est la même histoire :
Nick d'Empire of the Sun est aussi dans Pnau ou Teenager (avec Ladyhawke), Victor de Boy Crisis vient à l'origine du groupe de rap Das Racist sans oublier Animal Collective, divisés en Panda Bear et Deakin pour les plus connus.

MGMT - Flash delirium
Yeasayer - Love me girl

Amazing baby - Supreme being

Bon, je retourne regarder la série sur les Jonas Brothers moi.

6 commentaires:

Automatic Druggie a dit…

J'ai bien ri, surtout sur le montage de Jésus. + la dernière phrase de l'article le rend totalement génial, passer de l'indie à parler des jobro t'as fait fort. Merci pour ces jolies cassedédies <3

Hans Killed Wildcat a dit…

JNTN spécialiste en article analogique.

DIMITRI a dit…

Cet article me rappelle vaguement celui-ci : http://www.lenoyau.biz/?p=1700 !

Ef a dit…

Pas mal résumé, j'aime beaucoup l'indie rock mais j'avoue qu'à force de chercher l'originalité, tout se ressemble (cf pochette).
Du coup ils se confondent tous et il n'y en a que 4 ou 5 qui sortent du lot (et péniblement, faut l'avouer).

Et regarde plutôt Hannah montana, parce qu'elle est tr0-tr0-bel-$é-abu$é, même si elle est pas dans le kiff de l'anneau.

anhphi a dit…

Cool article et très bonne analyse qui résume d'un certain point de vue une partie "l'indie rock" actuel.

Mais comme dirait Ef, à vouloir être chacun original, ils finissent par s'empiéter. Nombreux sont ceux qui ont comparés Empire Of The Sun à MGMT. Le dernier morceau de MGMT à du f Montreal... voilà pour les exemples les plus frappants.

Bref, mon premier commentaire sur ce blog bien fourni, merci!

Lucie a dit…

Stop! on ne fout pas animal collective et mgmt dans le même sac!